|

Par

Eva Green

Image tirée du film Dumbo (2019)

Elles sont plutôt rares, les actrices qui peuvent jouer dans deux langues différentes, avec aisance et le bon accent. La comédienne française Eva Green est l’une d’entre elles, enchaînant depuis plus d’une vingtaine d’années les projets en anglais tout aussi bien que ceux en français. Fille de la comédienne Marlène Jobert (Masculin féminin de Jean-Luc Godard, Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat) et du chirurgien-dentiste suédois Walter Green (qui tenait le rôle de Jacques dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson), Eva a grandi avec sa sœur jumelle Joy à Paris, fréquentant des écoles bilingues. C’est dans la langue de Molière que vous pourrez la retrouver sur grand écran prochainement dans Les Trois Mousquetaires : Milady, deuxième volet du diptyque réalisé par Martin Bourboulon (après Les Trois Mousquetaires : D’Artagnan, sorti en avril dernier au Québec) consacré au chef-d’œuvre littéraire d’Alexandre Dumas père.

Le premier rĂ´le que la jeune Eva a tenu, c’est au théâtre dans la pièce Jalousie en trois fax d’Esther Vilar en 2001. En plus d’être nommĂ©e pour le prestigieux Molière de la rĂ©vĂ©lation théâtrale fĂ©minine, sa performance attire l’attention du rĂ©putĂ© cinĂ©aste italien Bernardo Bertolucci (Ultimo tango a Parigi, The Last Emperor). Elle sera alors sa Isabelle dans le provocateur Innocents, oĂą elle partage la vedette avec deux autres jeunes acteurs prometteurs, Michael Pitt et Louis Garrel. Par son assurance et son interprĂ©tation sans pudeur, Eva Green se fait rapidement remarquer, et son ascension dans les hautes sphères hollywoodiennes sera fulgurante. Après avoir donnĂ© la rĂ©plique Ă  Romain Duris dans Arsène Lupin de Jean-Paul SalomĂ©, elle tourne dans la mĂ©gaproduction Kingdom of Heaven (Le Royaume des cieux) de l’incontournable Ridley Scott. Pour son premier rĂ´le anglophone, l’actrice devient Sibylle de JĂ©rusalem au cĂ´tĂ© de Balian d’Ibelin campĂ© par l’acteur britannique Orlando Bloom. C’est au Maroc et en Espagne que sera recrĂ©Ă© ce rĂ©cit des croisades au 12e siècle, aidĂ© d’un budget pharaonique de 130 millions de dollars amĂ©ricains. Si le film est un Ă©chec au box-office amĂ©ricain, il rĂ©ussit Ă  sĂ©duire un certain public sur le reste de la planète. Mais c’est vraiment avec son prochain rĂ´le que l’actrice française deviendra une vedette internationale.

En 2006, il y a un nouvel acteur en possession du permis de tuer du cĂ©lèbre agent secret britannique James Bond, un dĂ©nommĂ© Daniel Craig. Casino Royale relance avec panache les aventures de 007, et Eva Green y joue Vesper Lynd, la Bond girl dans le 21e opus de cette populaire sĂ©rie de films. Le succès est retentissant aux quatre coins du globe, les critiques sont excellentes, le pari de rajeunir cette franchise est gagnĂ©. Eva Green confirme son aisance et son Ă©lĂ©gance devant la camĂ©ra du rĂ©alisateur Martin Campbell, capable d’enchaĂ®ner aussi bien les scènes d’action que les moments d’intimitĂ©. Dès lors, l’intensitĂ© de son regard, capable de vous sĂ©duire ou de vous transpercer le corps, deviendra sa marque de commerce. L’annĂ©e suivante, elle l’utilisera Ă  profusion dans le conte fantastique The Golden Compass (Ă€ la croisĂ©e des mondes : La Boussole d’or) de Chris Weitz, oĂą elle incarne Serafina Pekkala, la reine du clan des sorcières. Ă€ nouveau aux cĂ´tĂ©s de Daniel Craig, Eva Green partage aussi la vedette avec Nicole Kidman et Sam Elliott. MalgrĂ© la popularitĂ© des livres et un budget colossal (180 millions de dollars amĂ©ricains), le succès du film n’est pas au rendez-vous, annulant ainsi la possibilitĂ© d’en faire une trilogie.

Entre grâce et intensité, Eva Green illumine le cinéma de son regard envoûtant. Une étoile insaisissable, un mystère captivant.

Eva Green choisira davantage ses prochains projets, se consacrant Ă  quelques longs mĂ©trages plus modestes en sol britannique oĂą elle rĂ©side alors, dont Perfect Sense de David Mackenzie et Womb de Benedek Fliegauf. L’annĂ©e 2012 a Ă©tĂ© importante dans la carrière de la jeune trentenaire, car elle a collaborĂ© pour la première fois avec le cinĂ©aste amĂ©ricain Tim Burton dans Dark Shadows (Ombres et TĂ©nèbres). Avec son allure gothique, ses longs cheveux noirs et ses grands yeux bleus sidĂ©rants, Eva Green deviendra la nouvelle muse du rĂ©alisateur d’Edward Scissorhands (Edward aux mains d’argent). Elle le retrouvera ensuite dans le rĂ´le-titre de Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children (Miss Peregrine et les Enfants particuliers, 2016) et dans l’adaptation en prises de vues rĂ©elles du classique de Disney, Dumbo (2019).

Entre-temps, Eva Green tourne dans plusieurs genres cinĂ©matographiques diffĂ©rents en 2014, dont le western The Salvation (La Terre promise) du danois Kristian Levring, le pĂ©plum 300: Rise of an Empire (300 : La naissance d’un empire) de Noam Murro (suite du succès 300 de Zack Snyder) et l’adaptation de la sĂ©rie de comics du mĂŞme nom Sin City: A Dame to Kill For (Sin City : J’ai tuĂ© pour elle) des rĂ©alisateurs Frank Miller et Robert Rodriguez. Particulièrement dans ce dernier, Eva Green maniait Ă  merveille tous les atouts de la femme fatale, arborant un rouge Ă  lèvres d’un rouge sang, annonçant son dĂ©sir de vengeance. Eva Green a aussi eu quelques rĂ´les dans des sĂ©ries, entre autres dans la coproduction canado-irlandaise Camelot en 2013, dans l’adaptation de contes et d’histoires d’horreur Penny Dreadful diffusĂ©e de 2014 Ă  2016 et, plus rĂ©cemment, dans Liaison en 2023 au cĂ´tĂ© de Vincent Cassel.

Elle effectue un retour en France remarquĂ© en 2019, dans le drame Proxima de la cinĂ©aste Alice Winocour, film pour lequel elle a suivi un entraĂ®nement exigeant afin d’être Ă  la hauteur de son personnage d’astronaute. Tous ses efforts seront rĂ©compensĂ©s par sa première nomination au CĂ©sar de la meilleure actrice. Poursuivant sa carrière dans l’Hexagone, pour donner vie et force Ă  son personnage de Milady de Winter dans les deux films de mousquetaires de Martin Bourboulon, Eva Green combine tous les talents qu’elle a su dĂ©velopper durant son impressionnante carrière. Aussi habile Ă  l’épĂ©e qu’avec une arme Ă  feu, usant de son charme et de sa ruse, l’actrice le dĂ©montre bien dans Les Trois Mousquetaires : Milady. EntourĂ©e d’un carrĂ© d’as d’acteur français, soit François Civil (d’Artagnan), Romain Duris (Aramis), Pio MarmaĂŻ (Porthos) et Vincent Cassel (Athos), elle n’est pas du genre Ă  se laisser impressionner. C’est plutĂ´t l’inverse, chaque fois que nous la voyons, Eva Green a ce don de toujours capter notre attention, conservant son aura de mystère qui la rend si unique. |