|

Par

Avant Creed, il y a eu… Rocky!

Image tirée du film Rocky III (1982)

Ce printemps, Adonis, fils du dĂ©funt boxeur Apollo Creed, revient pour un troisième round sur le grand Ă©cran. Creed III est Ă©galement la neuvième production de l’univers Rocky. Il y a 47 ans, ce film Ă  petit budget accomplissait l’incroyable. Il devenait non seulement le film le plus populaire de l’annĂ©e 1976, mais aussi celui qui allait remporter, contre toute attente, la statuette de l’Oscar du meilleur film. Ce succès inattendu et inespĂ©rĂ© annonçait Ă©galement celui de Sylvester Stallone, scĂ©nariste et vedette du film, qui avait tout misĂ© sur Rocky. Tout comme son alter ego Rocky Balboa, Stallone a menĂ© un combat acharnĂ© et sans concession afin de porter Ă  l’écran son histoire.

Rocky est inspirĂ© du combat entre le cĂ©lèbre champion Mohamed Ali et Chuck Wepner en 1975, au cours duquel ce dernier a causĂ© la surprise en rĂ©sistant jusqu’au quinzième round. Peu d’experts lui accordaient des chances de rĂ©aliser cet exploit. Stallone rĂ©ussit Ă  vendre le premier jet du scĂ©nario, Ă©crit en quelques jours, Ă  la chaĂ®ne de tĂ©lĂ© ABC Ă  l’aide de son ami comĂ©dien Henry Winkler, avec qui il avait jouĂ© dans The Lords of Flatbush l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente. Entre-temps, Winkler Ă©tait devenu l’une des tĂŞtes d’affiche de la chaĂ®ne grâce Ă  son rĂ´le de Fonzie dans la sĂ©rie Happy Days. Quand Stallone apprend que les dirigeants d’ABC veulent embaucher un scĂ©nariste afin de retravailler son scĂ©nario, il rembourse son cachet afin de rĂ©cupĂ©rer les droits.

Quelques mois plus tard, Stallone vend finalement son scénario aux producteurs Robert Chartoff et Irwin Winkler, qui voient le potentiel cinématographique de Rocky, mais qui croient moins en Stallone en tant qu’acteur. Par contre, celui-ci est catégorique : le film sera tourné avec lui ou pas du tout. Après des négociations houleuses, durant lesquelles le studio United Artists désirait voir James Caan, Robert Redford ou Burt Reynolds incarner Rocky Balboa, une entente est enfin conclue qui permettra à Stallone d’avoir enfin « sa chance » d’obtenir un rôle d’importance dans un film. Avec un peu plus de 100 $ dans son compte et alors qu’il vient de mettre son chien Butkus en gage (le même qu’il récupèrera et qu’il fera jouer dans le film), il laisse une centaine de milliers de dollars sur la table afin de garder le contrôle sur son projet. Stallone accepte de retravailler gratuitement le scénario et d’être payé au salaire minimum de la Guilde des acteurs. Sans « star », le budget est toutefois réduit de moitié et fixé à tout juste un million de dollars.

« Les producteurs voient le potentiel cinématographique de Rocky, mais ils croient moins en Stallone en tant qu’acteur. Par contre, celui-ci est catégorique : le film sera tourné avec
lui ou pas du tout. »

Le tournage débute le 9 janvier à Philadelphie sous des températures froides. John G. Avildsen est le troisième réalisateur à utiliser la fameuse caméra Steadicam dans un film (après Bound for Glory et Marathon Man). Elle servira pour la séquence de la mémorable course dans les rues qui mènent aux escaliers du musée. Celle-ci a été tournée en improvisant, sans permis et sans figurant. Les personnes que l’on aperçoit à l’écran ignoraient qu’elles participaient à un film. Leurs réactions sont donc spontanées. Les deux courses ont été filmés la même journée, à deux heures d’intervalle.

Fonctionnant avec un budget limité, la production n’a pas le choix de s’adapter. Ainsi, la scène de la patinoire est modifiée pour qu’elle se déroule après l’heure de fermeture de l’aréna afin de ne pas avoir à payer une centaine de figurants. Le film contient même une bourde célèbre. Lors du combat final entre Rocky et Apollo, les personnages ne portent pas les bonnes couleurs de vêtements telles qu’affichées dans les hauteurs de l’aréna. En cours de route, le réalisateur a préféré inverser les tenues des deux personnages, mais la direction artistique avait déjà produit les bannières. Comme on n’avait plus les moyens de les refaire, elles ont été laissées ainsi à l’écran. Cette situation a même provoqué un gag dans le film!

Le personnage de Rocky est devenu un vĂ©ritable phĂ©nomène de la culture populaire, propulsant Stallone parmi les vedettes de cinĂ©ma les plus connues de la planète. L’acteur a mĂŞme rĂ©alisĂ© la majoritĂ© des films de la sĂ©rie. Mais, comme toute bonne chose Ă  une fin, il a accrochĂ© ses gants avec le film Creed II, sorti en 2018. Cette nouvelle suite sera donc la première sans le vĂ©nĂ©rable personnage incarnĂ© par Stallone sur le ring. Et, Michael B. Jordan, tout comme Sylvester Stallone avant lui, semble dĂ©sormais prendre en main la destinĂ©e de son personnage, alors qu’à son tour il passe derrière la camĂ©ra. Adonis suit dĂ©finitivement la voie tracĂ©e par Rocky… |

Creed III prendra l’affiche le 3 mars.