|

Par

Histoire de jouets : le film qui a propulsé Pixar

Image tirĂ©e de l’affiche du film Histoire de jouets 4 (2019)

« Vers l’infini et plus loin encore! » Cette fameuse phrase de Buzz Lightyear fait dĂ©sormais partie de la culture populaire. Mais en 1995, Histoire de jouets reprĂ©sentait un Ă©norme pari pour la compagnie Pixar. Cette production Ă©tait le premier long mĂ©trage entièrement rĂ©alisĂ© en images de synthèse. PortĂ© par l’animateur John Lasseter, le chemin parcouru pour mener le film Ă  terme a Ă©tĂ© très ardu.

Lasseter et ses collègues, Andrew Stanton (Trouver Nemo, Wall*E) et Pete Docter (Monstres, inc., Sens dessus dessous), proposent plusieurs versions de l’histoire que Disney refuse, prĂ©fĂ©rant donner au film un ton plus mordant. La première version du scĂ©nario mettait en scène Tinny â€“ le jouet du court-mĂ©trage Tin Toy gagnant d’un Oscar â€“, qui est oubliĂ© Ă  une station-service. Il fait la connaissance d’une poupĂ©e ventriloque avec qui, après une sĂ©rie d’aventures, il se retrouve finalement dans une garderie. Jeffrey Katzenberg (futur partenaire de Dreamworks avec Steven Spielberg et le magnat de la musique David Geffen) propose plutĂ´t que l’histoire soit Ă©crite comme un buddy movie avec des protagonistes aux personnalitĂ©s opposĂ©es qui deviennent amis après avoir Ă©tĂ© forcĂ©s Ă  travailler ensemble. Le genre Ă©tait populaire avec le succès des comĂ©dies policières 48 Heures et L’Arme fatale.

C’est dans une version datĂ©e de septembre 1991 que la structure de l’histoire actuelle du film est enfin trouvĂ©e. Par contre, les personnages ne sont pas encore ceux que l’on va connaĂ®tre. Lasseter trouve finalement que Tinny a trop l’air d’un vieux jouet d’une autre Ă©poque. Il le modernise donc en astronaute qu’il prĂ©nomme Buzz Lightyear en hommage Ă  Buzz Aldrin. Les couleurs vertes et mauves qui lui sont attribuĂ©es sont choisies par Lasseter et sa conjointe. La poupĂ©e porte le nom de Woody, inspirĂ© de Casper, un fantĂ´me en bois que Lasseter possĂ©dait enfant. C’est le concepteur visuel du film, Bud Luckey, qui suggère non seulement d’en faire un cow-boy, mais aussi de modifier son apparence un peu terrifiante en le transformant en poupĂ©e Ă  ficelle.

« Si la gestation d’Histoire de jouets s’est avérée compliquée, sa production l’a été encore plus alors qu’une guerre interne se dessinait entre Pixar et Disney. »

En ce qui a trait au scĂ©nario, Joss Whedon, qui connaĂ®tra un succès monstre quelques annĂ©es plus tard avec Buffy contre les vampires, apporte les dernières modifications et non les moindres. Il introduit le personnage du dinosaure Rex et de Bo Peep, après que Mattel ait refusĂ© l’utilisation de Barbie! C’est aussi lui qui a transformĂ© la personnalitĂ© de Buzz qui ne fonctionnait pas tout Ă  fait. Il a proposĂ© que Buzz se voit comme un vrai hĂ©ros et non un simple jouet pour enfant.

Tom Hanks était le premier choix de John Lasseter pour le rôle de Woody. Des essais concluants sont effectués avec les dialogues de Hanks tirés du film Turner et Hooch. L’acteur accepte. Pour incarner Buzz, le comédien pressenti rejette l’offre. En voyant l’animation, Billy Cristal ne croit pas au succès du film. Il regrettera sa décision, mais il aura la chance de se reprendre avec le rôle de Mike Wazowski dans Monstres, inc. Lasseter se tourne donc vers l’humoriste Tim Allen qui jouait dans Home Improvement, une sitcom très populaire sur la chaîne ABC, propriété de Disney.

Le 19 novembre 1993, une projection test du film Ă  moitiĂ© complĂ©tĂ© tourne au cauchemar. RetravaillĂ© constamment suivant les notes de Katzenberg, le film finit par perdre son âme. MĂŞme Hanks Ă©prouve des doutes sur la direction que prend Woody qui s’avère trop mĂ©chant. Peter Schneider, prĂ©sident de Disney Animation, milite pour que la production soit arrĂŞtĂ©e. Il faut dire qu’il n’avait jamais vraiment donnĂ© son aval au projet qui Ă©tait soutenu par son patron Katzenberg. Finalement, on accorde trois mois Ă  Lasseter afin qu’il redresse la situation. Des sĂ©quences seront donc rĂ©Ă©crites Ă  la satisfaction de tout le monde. La situation laisse toutefois un goĂ»t amer Ă  Steve Jobs qui, face Ă  un manque de liquiditĂ©s chez Pixar, songe sĂ©rieusement Ă  se dĂ©partir de la compagnie. Microsoft dĂ©montre un intĂ©rĂŞt, mais la projection du rĂ©sultat final amène Jobs Ă  changer d’avis. Il croit dĂ©sormais qu’il a un succès entre les mains et il dĂ©cide d’attendre la sortie du film afin d’inscrire la compagnie Ă  la Bourse, ce qui lui procurera une grosse somme d’argent. Il a du flair ce Jobs!

Sorti en salle le 22 novembre, Histoire de jouets devient le film le plus populaire de 1995. Au box-office, il devance mĂŞme Apollo 13, avec un certain Tom Hanks en tĂŞte d’affiche. DotĂ© d’un budget final d’environ 30 millions de dollars, il en rĂ©colte 350 millions en cumulant les recettes mondiales. Après quatre films et plusieurs courts-mĂ©trages, l’univers d’Histoire de jouets s’élargit une fois de plus avec Lightyear, un autre pari audacieux de la part de Pixar qui dĂ©sire montrer le film d’oĂą provient le jouet de Buzz. |

Concours

Rechercher sur le site

Cette semaine dans le balado